Le Club Golf

14 décembre 2021

  • Golf des Chanalets

  • Golf Le Vert Parc

  • UGOLF Toulouse Téoula

Ces couples qui dirigent les golfs – 2

couple qui dirige les golfs chanalet-vert-parc-seilh-teoula

Pour ce dernier épisode, LeClub Golf et Golf Planète vous emmènent à la rencontre de 3 couples qui sont aux manettes de golf : Aujourd’hui direction Vert Parc, Chanalet, Seilh et Téoula.

Quoi de plus difficile et en même temps de plus excitant, pour un couple amoureux et passionné de golf que de diriger un golf ?

Voici la 2ème partie des portraits d’hommes et de femmes, amoureux, fous de golf, qui ont fait le choix de vivre ensemble leur passion, 24 heures sur 24, 365 jours par an, à la tête d’un golf du réseau LeClub Golf.

Ils dirigent tous un golf affiliés à LeClub Golf : Golf Planète les a rencontrés pour qu’ils nous racontent leur histoire et leurs quotidiens, leur joies et leurs contraintes, leurs parts de responsabilités dans leur projet commun, leurs espoirs et leurs envies…


Gilles et Sabine au Vert Parc : « Le coup de foudre personnel et professionnel »


Direction d’abord le nord de la France, le golf du Vert Parc, non loin de Lens, Tourcoing et Roubaix. Gilles et Sabine Bellanger l’ont racheté en 2016, avec Marie Dominique Beauguerlange. Le parcours, technique et varié, est un par 71 de 5 731 mètres.

Ils nous disent tout sur leur histoire et leur quotidien.

Sabine et Gilles dirigent le golf de Vert Parc

Quelle est votre histoire avec le golf ? Êtes-vous vous connus grâce au golf ?

Effectivement, Gilles était enseignant au golf le Vert Parc en 1996 et j’étais à l’accueil depuis 2 ans. Le propriétaire ayant décidé qu’il ne voulait pas de couple a demandé à ce que l’un des 2 s’en aille : nous sommes partis tous les 2.

Gilles a retrouvé un poste d’enseignant au Golf Le Septentrion à Marcq en Baroeul et moi à l’accueil. Nous y avons travaillé pendant 4 ans. Je suis partie ensuite travailler dans l’expertise bâtiment et Gilles avec 2 associés ont racheté le Golf Le Septentrion à la ville de Marcq en Baroeul pour en faire une structure d’entrainement et d’enseignement sous bulle, la plus grande d’Europe, avec un parcours 6 trous.  Ce complexe a été racheté par Décathlon et est toujours existant sous la même forme. Gilles a ensuite intégré Blue Green en étant directeur régional est/sud est.


Puis, par un heureux hasard Gilles a été joué au Golf Le Vert Parc en 2015 et a rencontré le fils de l’ancien propriétaire décédé. Steve ne voulait pas garder ce golf et nous a proposé de le racheter. Nous avons relevé ce golf qui n’avait plus que 100 membres, un parc machine épouvantable, et un clubhouse délabré. Nous avons tout refait, jusqu’à l’arrosage automatique du parcours qui était inexistant. Nous avons également construit un clubhouse écologique tout en bois, chauffé au pellets qui aujourd’hui fait 400m² avec restaurant, salle de séminaire et proshop. 

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Était-ce une évidence ?

Ca a été un coup de foudre amoureux et professionnel : nous savions que nous formerions un binôme. Nous ne savons pas faire l’un sans l’autre et nos compétences professionnelles se complètent totalement !

Quelles sont vos responsabilités respectives ?

Gilles est un manager dans l’âme, un meneur d’homme, bref un chef d’entreprise avec toujours un train d’avance. Il connait parfaitement tout l’entretien du terrain également. De mon côté, je suis totalement administrative et commerciale. Nous avons dû apprendre à tout savoir faire au golf jusqu’à savoir remplacer le chef en cuisine ou faire les tontes sur le terrain. 

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?


La vie professionnelle l’emporte beaucoup sur la vie personnelle : nous ne nous dégageons pas beaucoup de temps pour notre vie privée. Heureusement nous sommes très liés familialement avec nos enfants qui ont su comprendre notre investissement professionnel afin de nous construire un bel avenir. Nous sommes passionnés par notre métier et souhaitons construire un avenir à nos enfants.

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

C’est un parcours boisé et dégagé avec des greens surélevés. Chaque trou est différent et le parcours convient à tous les niveaux de joueurs.
Mon préféré au niveau golfique est le trou n°1 parce qu’on peut avoir une forme de stratégie défensive ou une forme offensive. Mon préféré au niveau esthétique est le trou n°5 parce qu’il a un petit cours d’eau qui traverse le fairway et le bosquet d’arbres à gauche est magnifique

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ? 

Gilles : Je lui conseillerais d’être entouré par des gens qui connaissent le golf à tous les niveaux, tant sur le plan de l’entretien du parcours que de la création et de la gestion du clubhouse. Il faut avoir des domaines de compétences variées qui évoluent constamment.

Sabine : N’hésitez pas à vous lancer : c’est un sport à partager. C’est un sport qui demande pas mal de temps, du coup autant le faire à 2 ! L’avantage aussi est que peu importe son niveau, on peut jouer à 2. Gilles est index 0 et moi 30 : on peut jouer chacun son jeu ensemble.

Gilles : Le domaine du golf n’est pas tellement différent en gestion de n’importe quelle autre entreprise. L’avantage de ce métier en approche clientèle est que les clients sont là pour passer un bon moment et l’approche est du coup beaucoup plus facile. 

C’est un métier complet où l’on fait du commercial, de la restauration, de la gestion paysagiste…

C’est un métier chronophage, dit de loisirs et donc ouvert 7/7 jours. Il faut bien s’entendre dans la vie privée pour la partager dans la vie professionnelle également !

entreprise. L’avantage de ce métier en approche clientèle est que les clients sont là pour passer un bon moment et l’approche est du coup beaucoup plus facile. 

C’est un métier complet où l’on fait du commercial, de la restauration, de la gestion paysagiste…

C’est un métier chronophage, dit de loisirs et donc ouvert 7/7 jours. Il faut bien s’entendre dans la vie privée pour la partager dans la vie professionnelle également !


Pascal et Fanny aux Chanalets : « Non, ce n’était pas une évidence !… »


A l’origine,  le 9 trous était lové dans une succession de petits vallons, l’extension est née suite à la découverte de terrains surplombant le parcours d’origine, avec de magnifiques vues sur les Monts du Vercors, d’Ardèche avec le château de Crussol et au milieu de ces deux massifs, le Rhône.

Les 11 nouveaux trous ont presque tous en fond ou un beau village Cornas, Saint-Péray ou des sommets mythiques comme les 3 Becs.

Chaque trou a son propre univers, quelques dénivelés, du challenge, des greens de qualité et de magnifiques paysages pour réconforter les joueurs en panne de swing. Les Chanalets, c’est un parcours de passion et de passionnés.

Pascal et Fanny aux Chanalets

Quelle est l’histoire de votre golf ? Vous êtes-vous connus grâce au golf ?

Fanny : Ingénieur horticole, je me suis spécialisée dans les espaces verts, c’est là, que j’ai découvert le monde du golf. Ma société organisait des salons au niveau des mairies, paysagistes et des golfs. J’ai connu Pascal sur un salon golf.

Pascal : J’ai découvert le golf, il y a quelques décennies.  Après une formation dans le paysage, j’ai intégré l’école des Intendants à Neuvic en 1981. J’ai tout de suite adhéré à la culture golfique, la technicité pour préparer un parcours à la compétition a motivé mon cheminement dans cette voie. Le métier d’intendant de parcours est intéressant, mais très rapidement, je me suis dirigé vers la gestion totale d’un Club. De nombreuses expériences, formations, stages, service militaire sur un golf, postes d’intendant, directeur, consultant sur l’aménagement de golf, ont forgé progressivement des connaissances, des rencontres et des opportunités de postes sur les golfs du Prieuré, Nîmes Campagne, Salon de Provence, Annecy Talloires, Beaujolais et depuis presque 25 ans, le Golf des Chanalets.

J’étais dans le golf depuis 10 ans quand, lors d’un salon professionnel, il y a 30 ans, j’ai fait plus ample connaissance avec Fanny. J’étais alors sur un golf en construction que j’ai géré par la suite comme jeune directeur. Notre aventure conjointe dans le travail démarrera quelques années plus tard, avec la reprise du golf des Chanalets, 9 trous.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Etait-ce une évidence ?

Fanny : non ce n’était pas une évidence. Pascal m’avait proposé de loger sur le golf où il travaillait et j’ai dit : « jamais habiter sur un golf et jamais travailler avec toi » !! Puis, nous avons repris le golf des Chanalets et l’idée de travailler ensemble nous a plu.

Pascal : Le travailler ensemble n’était pas une évidence, il a fallu trouver chacun ses espaces pour s’épanouir. La gestion, le développement, créer au sein du Club, « cette maison de campagne où les joueurs n’ont pas à tondre le gazon », avec des règles pour faciliter le vivre ensemble, sont des moteurs de notre quotidien. Cela nous a permis de nous développer, moins de 100 membres en 1997 à la reprise et plus de 400, quelques années plus tard avec une vraie vie sportive. Les étapes successives, passage de 9 à 18 trous, avec les implications financières ont été des challenges relevés grâce à une cohésion du couple. Actuellement, le club a un peu plus de 550 membres.

Quelles sont vos responsabilités respectives ? Comment gérez-vous la vie personnelle et professionnelle ?

Fanny : Il est important que chacun ait son domaine, je gère la comptabilité, les paies, la communication, les devis et l’accueil et  s’il y a besoin d’un coup de main, je suis au service et parfois en cuisine. J’ai appris la polyvalence.

Pascal : L’animation des différentes compétences des équipes qui travaillent avec nous, le social, le financier, le sportif. La PME de loisirs requière des compétences multiples, c’est un avantage important d’être en couple, Fanny est « mon associée préférée » Sa formation scientifique la prédisposait à la gestion des chiffres,  Fanny a beaucoup de volonté et un allant quotidien, une envie de toujours apprendre, elle est précieuse dans notre binôme.

Fanny : Il est difficile de couper. Quand nous sommes à la maison et que l’un de nous aborde le golf et que l’autre ne veut pas en parler, nous « prenons rdv ».

Que préfère-t-il (ou elle) dans le golf ?

Fanny : Pascal est un vrai gestionnaire diplomate, avec le sens du partage dans les décisions. Au niveau du jeu de golf, Pascal aime la compétition, c’est pour lui un vrai plaisir de jouer aussi avec ses amis. Mais je crois qu’il aime quand même jouer avec moi qui suis une éternelle débutante ! Nous venons de découvrir les trips en 4×4, une vraie découverte de la nature –  la preuve du bunker géant.

Pascal : J’ai un passé de sportif, la découverte du jeu de golf a été une révélation, malheureusement, pas toujours compatible ave un bureau proche ou des dossiers restés en souffrance et une famille qu’il ne faut pas négliger. Nos 2 filles sont grandes, c’est un grand plaisir de partager une partie avec Fanny.

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

Fanny : Proche des accès autoroutiers, le golf des Chanalets nous offre un havre de quiétude, avec des horizons sur la vallée du Rhône, l’Ardèche et le Vercors. Les vues sont magnifiques, mais il faut se concentrer sur sa balle !!

Pascal : Le golf doit être un lieu de vie où chacun, en fonction de ses aspirations, doit pouvoir s’exprimer.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

Fanny : Il est important que chacun trouve sa place et qu’il y ait beaucoup de dialogue entre le couple.

Pascal : Avant tout, se connaître soi avec ses capacités d’écoute et de communication et aimer l’aventure…


Angélique et Thierry : Ensemble mais séparément


Le golf de Toulouse Téoula est situé à seulement une demi-heure du centre-ville de la ville rose. Dessiné par Fred et Martin Hawtree, il a été inauguré en 1991. Il offre des vues imprenables sur les Pyrénées et se flatte de son label éco-durable. Son directeur, Thierry Lorault, a atterri avec sa femme Angélique à Toulouse après une reconversion réussie. Les deux travaillent dans le golf mais dans deux clubs différents. Ils nous ont tout expliqué.

Thierry et Angélique (Téoula et Seilh)

Quelle est votre histoire avec le golf ? Vous êtes-vous connus grâce au golf ?

Thierry : Après quelques années de football américain en France pour ma part, je cherchais un sport de reconversion et nous cherchions un sport à pratiquer en famille. Après quelques essais (tennis , badminton), nous avons découvert le golf et sommes devenus passionnés : les parents mais aussi les enfants. Nous étions à l’époque sur Clermont Ferrand.

En arrivant sur Toulouse en 2015, nos enfants souhaitaient continuer le pratique du golf et nous aussi. Nous nous sommes donc installés à côté du golf de Toulouse Seilh. À l’époque aucun de nous deux ne travaillions dans un golf. En 2017, j’ai entamé une reconversion professionnelle par l’intermédiaire de l’Académie Internationale des Métiers du Golf (AIMG) à Montpellier-Massane dans le but de devenir directeur de golf.

En 2018, Angélique a été embauché au Ugolf de Toulouse Seilh en qualité de responsable Proshop et moi au Ugolf des Templiers dans l’Oise (60). Un poste de directeur s’étant libéré en 2019 sur le Ugolf de Toulouse Téoula, cette opportunité m’a été proposée.

Quand et comment avez-vous décidé de travailler ensemble ? Était-ce une évidence ?

Nous ne souhaitions pas travailler ensemble : à vous de deviner pourquoi 😊 ! mais nous souhaitions travailler dans le monde golfique tous les 2.

Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Nos enfants sont majeurs. Nous travaillons tous les 2 les week-ends, et prenons nos repos ensemble en semaine. Nous avons des échanges et discussions régulières concernant nos 2 golfs, puisque nos vies personnelles et professionnelles sont liées. Nous n’éprouvons pas forcément le besoin de cloisonner l’une et l’autre.

que préfère-t-il (ou elle) dans le golf ? dans la vie ?

Thierry : elle aime être dans un bel environnement de nature avec du soleil, le contact humain, et le challenge sportif, en partageant tout cela avec ses proches. Le golf est fait pour elle 😊.

Angélique : il aime être en challenge avec lui-même, et découvrir de nouveaux golfs en partageant cela également avec ses proches.

Présentez-nous votre golf et vos trous préférés ?

Thierry : le Ugolf de Toulouse Téoula est un golf avec des vues magnifique sur les Pyrénées par beau temps. Il est varié et technique, avec des lacs à passer, des trous en plaine, des trous vallonnés et des trous en forêt. Le tout sur 18 trous avec un Par 69. Mon trou préféré est le Par 3 du 13, le trou signature, avec la plus belle vue sur les montagnes et un dénivelé d’environ 50 m entre départ et green.

Angélique : Le Ugolf de Toulouse Seilh possède 2 parcours 18 trous : un par 64 technique, et un par 72 plus traditionnel. Mon trou préféré est le trou 6 du parcours Rouge (Par 72). Un par 3 long et serré dans les arbres. Il est esthétiquement beau et challenging. C’est une vrai satisfaction quand le par est réussi.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune couple qui voudrait se lancer ensemble dans le golf ?

C’est simple : il faut juste qu’ils soient passionnés.

Golf Planète
© Jean Lagarde